Chez KEN KAWASAKI on troque la soupe miso et le riz par du pain et du bon vin, mais tout en gardant un esprit nippons. Niché dans le 18eme, cette petite salle qui ne compte que 12 couverts, propose une cuisine d’inspiration traditionnelle française, sublimée par la dextérité et le raffinement japonais.

Pour moi, ce sera le menu à 45 € que je ne regrette pas, rien que pour sa pièce de viande. Si vous êtes un peu ricrac, je vous invite à choisir le menu à 30 € qui reste tout aussi intéressant (on saute les légumes marinés, la viande et les mignardises).

On commencera les festivités par une mise en bouche originale et audacieuse. Rognons de lapin sur son lit de haricots et chips de kale. Visuellement c’est joli ! Les produits sont de bonne qualité et la technique est maîtrisée. En revanche, je ne suis pas spécialement fan des abats. Bon c’est bien préparé, alors ça passe pour cette fois.

Pour la suite, ce sera salade de bulots, encore un choix courageux de la part du restaurant. Accompagnée de lentilles à la moutarde, de salade de cresson, saupoudrée de poutargue le résultat est vraiment intéressant, je suis conquis !

Sur une note plus japonaise, on continuera avec des légumes de saisons marinés au dashi; un bouillon à base d’algue et de poisson. Sublimé par une mayonnaise KIMIZU aux notes de soja fermenté et légèrement caramélisé, on en redemande ! Les Japonais ont vraiment l’art et la manière de tout sublimer.

Pour la suite, c’est soupe de céleri rave à la vanille, étrange et divin à la fois. L’association des deux peut sembler étrange, mais ça fonctionne ! C’est leger, aérien, juste parfait après les rognons et les bulots.

Après la vanille on reste sur des touches exotiques. Réhaussé avec une sauce au fruit de la passion, le saint-pierre fond en bouche.

En dernière partie de repas mi-cuit de filet de boeuf. Tout juste accompagné de wasabi frais et de sel d’algue, c’est une vraie révélation. Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant apprécié un morceau de viande. C’est un sans-faute pour ce plat accompagné d’un gratin dauphinois et de chips de patate douce.

Pour conclure sur ce repas copieux, un dessert tout en légèreté qui ne manque pas de saveur ni de fraicheur. Crème de panais au chocolat blanc, sarrasin caramélisé, orange sanguine… le tout réhaussé par de la meringue à la poudre noire de bambou et quelques tranches de truffe noir. Un régal ! Mention spéciale pour le pain fait maison et le cannelé, moi qui d’habitude n’aime pas ça, ça croque et ça fond en bouche, c’est parfait ça !

Tarif

Midi : 30 € – 45 €
Soir : 70 €

Adresse 

15 Rue Caulaincourt, 75018 Paris
Métro : Blanche, Lamarck Caulaincourt
Tél : 01 47 03 96 37

Horaires

Du vendredi au  mardi : 12h00 à 15h00 – 19h00 à 23h30
Du mercredi au jeudi : 19h00 à 23h00
Fermé le Dimanche

MON AVIS
Cadre
Produits
Service
Propreté
Qualité prix
Cuisine
PARTAGER
Article précédentPoulet vapeur au shiso et à la sauce soja
Article suivantFaire un pose-baguette en moins d’une minute, avec son HASHIFUKURO
Gunaï
Pratiquant la cuisine de manière récréative et conviviale, elle est devenue au fur et à mesure de mes réussites, une vocation. Aujourd'hui je souhaite faire dialoguer mes deux passions : l'art culinaire et le voyage. Voici les deux sujet qui me font le plus vibrer et que je souhaite vous faire partager sur mon blog. Je vous souhaite à tous une bonne visite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here